Rappel sur la Corrosion sous Contraintes

Un rappel sur la Corrosion sous contrainte, qui concerne notre Région.

Merci de bien lire, et de ne pas oublier que le risque est réel :

La Réunion est concernée par des ruptures d’acier Inox (ancrages et chaînes) sur différents sites. Ces ruptures se produisent de façon aléatoire, sans signes précurseurs évidents suite à un phénomène de corrosion sous contraintes.

La rupture de l’ancrage peut avoir lieu sur un ancrage neuf sous le simple poids d’un grimpeur !

À La Réunion les ancrages de la marque « FIXE », posés sur de nombreux sites, sont particulièrement sensibles à ce type de corrosion, mais tout autre ancrage en Inox est susceptible d’être concerné. Tout relais composé d’anneaux ronds soudés et non de maillons rapides DOIT être considéré comme à risque et pouvant potentiellement casser. Les points de progression peuvent également être concernés par la CSC mais le risque encouru est moins grand en cas de rupture que pour un relais. Un travail de ré-équipement a été entrepris par la Ligue Réunion FFME, mais il va prendre du temps.

Au regard de la difficulté de différencier les voies équipées en Inox (concernées par le risque de rupture CSC) de celles équipées en Galva (non concernées), il est fortement recommandé de :

 1. renoncer à une ascension en cas de doute sur l’équipement en place et de risque de rupture dû à la corrosion sous contraintes.

2. respecter les consignes ci-dessous si vous décidez de vous engager dans une voie :

  • . Lors de la grimpe en moulinette: doubler systématiquement l’anneau de descente par une dégaine reliée au point du haut du relais. La corde doit passer dans l’anneau de descente et dans la dégaine. Repasser la corde dans les dégaines lors de la descente.
  • Lors du dés-équipement de la voie : utiliser une technique de réchappe pour redescendre sur un point, ou sur un relais douteux, avec un nœud auto bloquant.

Attention il est crucial de maîtriser ces techniques AVANT de les mettre en pratique sur site.
Si vous ne les maîtrisez pas ou ne les comprenez pas, consultez vos clubs pour être formés en toute sécurité.

Des tutoriels décrivant ces manœuvres existent en ligne mais ils ne remplacent pas une formation fédérale.

Plus d’infos :
Certains paramètres (salinité, température, humidité, type d’acier, processus de fabrication, etc.) augmentent le risque de rupture. Ainsi les sites proches de la mer sont plus concernés que ceux de Cilaos.
Certaines falaises, certaines voies, certains ancrages sont concernés alors que leurs voisins ne le sont pas. Il ne faut donc pas se croire à l’abri car un point tient, le suivant pouvant casser…
Ces ruptures peuvent se produire sur des ancrages neufs posés il y a quelques semaines dans certains cas ! Donc ce n’est pas parce que l’ancrage « brille comme neuf » que l’on peut lui faire une confiance aveugle.
Contrairement à la corrosion classique sur un acier galvanique, il n’y a pas de perte de matière et la CSC peut donc passer totalement inaperçue !

Soyez prudent, formez-vous et tenez- vous informé !

A propos Eric

Responsable de la commission Sites Naturels d'Escalade CR FFME 974
Ce contenu a été publié dans Escalade, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.